Archives pour la catégorie actualites

L’affaire reportée au 22 mai

L’affaire opposant les héritiers de Matoub Lounès aux éditeurs de CD, qui devait passer dimanche dernier au tribunal correctionnel de Tizi Ouzou, a été renvoyée au 22 mai du mois en cours. Il s’agit d’une plainte déposée en 2005 par les héritiers du chanteur concernant la non-perception des droits d’auteur de la part des éditeurs qui ont en charge la commercialisation des CD et des cassettes de Matoub Lounès. La soeur de Matoub est rentrée de France pour assister au procès. Notons que les héritiers de Matoub Lounès, à savoir sa mère, sa soeur et sa veuve ainsi que la Fondation Matoub, se sont constitués partie civile. Malika Matoub nous a confié à Tizi Ouzou qu’elle a saisi par écrit les éditeurs en question à plusieurs reprises, mais qu’elle n’a jamais obtenu de réponse, précise-t-elle.

aomar mohellebi

Nna Aldjia, mère de Matoub Lounes : « Les Kabyles doivent s’unir pour exiger la vérité sur l’assassinat de Lounes »

La Fondation Matoub Lounes a organisé une cérémonie de recueillement sur sa tombe afin de célébrer son anniversaire coïncidant avec le 24 janvier 1956 à Taourirt Moussa Ouamar. « Le rebelle » aurait eu 55 ans.

Nna Aldjia, la mère du chantre de la kabylité a réitéré lors d’une brève prise de parole improvisée, son appel à « l’union de toutes les forces kabyles sincères qui portent le combat dans leur cœur » pour faire avancer la revendication d’une « véritable enquête sur l’assassinat de Matoub Lounes » ravi à la Kabylie le 25 juin 1998.

Pour la mère du rebelle, il est « important de s’unir autour de la fondation pour combattre l’amnésie et lutter pour que justice soie faite sur un crime qui n’a pas encore livré tous ces secrets » et d’indiquer un peu plus loin que « les Kabyles ne doivent pas abandonner le combat de Lounes. Cela commence par le soutien et l’aide nécessaire à la fondation qui porte son nom. C’est important sinon l’association est condamnée à disparaitre », a-t-elle averti.

Au cours de la cérémonie marquée par la présence de militants du Mpuvement pour l’Autonomie de la Kabylie, d’anciens délégués du mouvement des Aârchs et autres associatifs, des étudiants de l’université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou et de nombreux citoyens venus se recueillir sur la tombe du rebelle, le prix Matoub Lounes de poésie a été décerné à Melle Ammour, originaire de Koléa dans la wilaya de Tipaza.
ddddddddddddd.jpg

IL PARAÎTRA LE 24 JANVIER 2011

7790205matoub19jpg.jpgUn livre de 700 pages sur Matoub
Matoub Lounès, Tafat n wurghu, c’est le titre d’un nouveau livre sur le poète et artiste Matoub Lounès qui sera publié le 24 janvier 2011 par les éditions Mehdi de Tizi Ouzou, à l’occasion du 55e anniversaire de la naissance du Rebelle.

L’auteur de ce livre n’est autre que l’universitaire Rachida Fitas, qui a déjà publié un livre sur le même sujet, il y a cinq ans, en collaboration avec Youcef Merahi, Hamid Bilek et Abdennour Saïd El Hadj. Il s’agira du plus volumineux ouvrage publié jusque-là sur le chanteur kabyle assassiné par un groupe armé le 25 juin 1998 à Tala Bounane sur la route d’Ath Douala, dans la wilaya de Tizi Ouzou.
Selon l’auteur, Rachida Fitas, qui prépare aussi une thèse de magister sur Matoub au département de langue et culture amazighes de l’université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, son livre contient 145 poèmes de Matoub dans les deux versions, kabyle et française. En plus de cela, le livre offre une longue analyse de la poésie du Rebelle d’une richesse lexicale et métaphorique, ainsi que thématique inédite dans les anales de la poésie berbère. C’est pour mettre en lumière tous les aspects spécifiques de la poésie de Matoub que Rachida Fitas publie ce livre.
Dans cet ouvrage, le lecteur pourra ainsi revisiter la diversité thématique des textes de Matoub Lounès que le romancier Ali Malek résume en «les déboires amoureux, la difficile relation avec les parents, les déceptions de l’amitié, l’inaccessibilité de la femme aimée», sans oublier les thèmes inhérents au combat identitaire, à l’injustice, à la dictature du parti unique, à l’imposture des Kabyles de service, etc.
Le livre de Rachida Fitas vient ainsi enrichir la bibliographie autour de l’homme le plus subversif dont l’histoire de la Kabylie a pu retenir le nom et de l’un des plus grands artistes et la figure de l’un de ses messagers les plus efficaces, pour reprendre un extrait d’un texte de l’écrivain Yalla Seddiki, auteur du livre Matoub Lounès: Mon nom est combat. Ce dernier rappelle que l’importance de Matoub Lounès n’est le produit d’aucune conjuration médiatique ou mercantile, car il suffit de rappeler qu’entre la période où il a sorti son premier disque en 1978 et 1989, aucun journal algérien n’a parlé de lui et aucune radio n’a passé ses chants alors qu’il était devenu l’un des artistes kabyles les plus respectés. «Il faut davantage et d’abord chercher la légitimité de Lounès Matoub dans une oeuvre qui s’est imposée comme unique quand tout conspirait à en rendre la manifestation impossible.»
Le même chercheur en poésie ajoutera au sujet de Matoub Lounès: «On constatera avec étonnement que, si l’érudition de Lounès Matoub est moins éclatante que celle des universitaires kabyles qui l’ont méprisé, son esprit critique est plus aiguisé que le leur, comme le démontre le regard désabusé qu’il portera sur toutes les illusions qu’ils auront vénérées.»
Le chanteur et poète Matoub Lounès est celui sur lequel le plus grand nombre de livres a été écrit. Depuis la parution de son propre livre Rebelle aux éditions Stock de Paris, en 1995 (ouvrage écrit par Matoub Lounès en collaboration avec la journaliste française Véronique Tavaux), des livres sont publiés régulièrement, soit sur sa poésie soit sur sa vie. Parmi les livres écrits sur le Rebelle, on peut citer: Matoub, mon frère de Malika Matoub (en collaboration avec Nourdine Saâdi), Pour l’amour d’un Rebelle de Nadia Matoub, Le Testament et Le Barde flingué» de Abderrahmane Lounès, Le résistant de Mohamed Gaya (en tamazight), Mon nom est combat de Yalla Saddiki, Ayizem anda teddid de Rachid Mokhtari et L’assoiffé d’Azur de Smaïl Grim.
En plus des écrivains, Matoub Lounès inspire aussi les cinéastes puisque le réalisateur Bachir Deraïs est actuellement en train d’écrire un scénario pour la réalisation d’un long métrage sur le parcours du patriote de toutes les patries opprimées.



Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
fen20113d100 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | gucci158
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres